Une nouvelle ordonnance concernant l’utilisation de la vidéoconférence et les courriels électronique

Une nouvelle ordonnance concernant l’utilisation de la vidéoconférence et les courriels électronique
La vidéoconférence est aujourd’hui la nouvelle technologie en vogue, elle est utilisée soit en famille, entre amis, dans les administrations officielles ou meme encore dans les universités , écoles de commerces ,comme a l'EMlyon selon le post de Challenges. Pour tous types de réunion, pour un peu que les participants soient dotés d’un ordinateur pourvu d’un logiciel et application de communication en temps réel comme le skype, elle permet d’effectuer une réunion tout en étant éloignés.
Cette technique est réellement avantageuse, car peu coûteux, puisqu’on n’a pas à se déplacer, engendrant donc des économies importantes sur les frais de déplacement et d’hébergement, le temps perdu qu’on passe dans les transports, etc.
Il n’est pas donc étonnant que le gouvernement ait pris la décision sur l’application de l’ordonnance, permettant l’emploi de la vidéoconférence à partir du 1er janvier 2015.
D’ailleurs, on a déjà utilisé ce procédé lors des épreuves et de la délibération des juris au bac 2014. Ceci concerne surtout pour les candidats présentant des problèmes comme l’handicap, l’hospitalisation, ou pour ceux qui sont dans l’impossibilité de se déplacer car se trouvant dans des régions où l’accès est impossible, avec des mesures d’accompagnement, comme la présence d’une autorité compétente dans le même local que le candidat.
videoconference
De nos jours, avec la fiabilité des nouvelles avancées technologiques, il est autorisé aux dirigeants des établissements publics comme le musée du Louvre ou le Pôle Emploi, ainsi que les administrations de l’Etat et les organismes de sécurité sociale d’organiser et de ratifier des décisions à caractère officiel après une réunion par vidéoconférence.
Toutefois, il y a des cas, où l’usage de ce procédé est interdit. Par exemple, quand l’ordre du jour concerne une sanction pour une personne, l’article 5 de l’ordonnance sortie le 6 novembre dernier l’interdit.
Si cette nouvelle technique de se communiquer présente plusieurs avantages, il y a toutefois un revers de la médaille. Effectivement, il y a des précautions à observer pour ce genre de réunion. Effectivement, pour garder le secret de la réunion, l’organisateur doit être vigilant et être sûr que le sujet du débat reste secret et confidentiel, et en plus, s’assurer qu’aucun tiers n’ait accès à la conférence. Il est donc tenu d’authentifier l’identité de chaque participant et que les outils utilisés ne pourront pas être piratés. Il est aussi nécessaire d’enregistrer la réunion pour servir de preuve ultérieurement si besoin est. Et, la visioconférence doit être appuyée par un courriel électronique.
Mais ce nouveau moyen de communication ne compte pas que des adeptes, en effet, quelques personnes voient des inconvénients quant à son utilisation. Pour eux, les réactions émotionnelles peuvent être masquées ou au contraire, mise en évidence, ce qui pourrait fausser les résultats de la réunion, surtout pour les votes. Ils disent aussi que l’assimilation des informations n’est pas la même, pour une réunion standard et celle par vidéoconférence. Mais même dans les débats classiques où tous les participants se voient directement, ce cas peut se produire.

Autres actualités